Markus Köbeli

Jean Launay

Il est né à Berne en 1956. Après des études littéraires, il se lance dans l’écriture dramatique avec des pièces radiophoniques dont il assure lui-même la mise en ondes. Il est également l’auteur d’une pièce pour marionnettes et d’une série radiophonique.

Depuis 1989, il collabore à la télévision suisse alémanique où il participe à l’écriture et à la réalisation d’émissions satiriques. Ses pièces de théâtre, des comédies, ZIMMER FREI (1987, CHAMBRES LIBRES) et HOLZERS PEEPSHOW (1989, PEEPSHOW DANS LES ALPES) ont été représentées en Suisse, en France et en Allemagne.

 

Agrégé de philosophie. Après plusieurs années d’enseignement du français dans les universités allemandes, il met en scène une vingtaine de spectacles dans les théâtres municipaux et nationaux de RFA. De retour en France, il se consacre à l’enseignement ainsi qu’à la traduction littéraire. Il traduit notamment Heidegger, Nietzsche, B. Strauss, R. Walser pour les éditions Gallimard ainsi que C. Sternheim et R. Wagner pour Le Mercure de France.

Dans ce petit village, devenu station de sports d'hiver, la famille Holzer survit difficilement des revenus de la ferme.

 

Elle imagine donc d'offrir aux touristes de passage un spectacle de la vie paysanne typique, à travers les fenêtres de la maison.

 

Recherche de texte, production, acteurs, répetitions, représentations, le «peepshow» est en route, et la structure familiale n'y résistera pas.

 

Une comédie cruelle et vive, comme métaphore de la représentation théâtrale; une satire originale de la 

« sociéte du spectacle ».

 

 

Peepshow dans les Alpes

PEEPSHOW DANS LES ALPES

DOSSIER DE DIFFUSION
en cliquant sur l'affiche

Isabelle Sabatier,
Chargée de diffusion

06 31 72 84 23 / 

booking.lalionne@gmail.com

Texte publié aux éditions Théâtrales, éditeur et agent de I'auteur,avec le soutien du Centre Culturel Suisse de Paris.

L’auteur :
Markus Köbeli 

Traduit de l'allemand par :

Jean Launay

Mise en scène de :

Grégory Ragot

Avec :

David Barbeau, 

Angélique Baudrin, 

Sandra Dorset, 

Luc Guiol, 

Vincent Marguet.

 

 

               I AM THE COSMOS

        un spectacle écrit juste à temps par Luc Guiol

PRESSE :

 

« Flirtant sans cesse avec l’absurde, ce seul en scène jouit avant tout d’une écriture ciselée. (...)Tout est abordé avec finesse, agrémenté d’un humour redoutable et d’un sens du tempo impressionnant. Sur un fil, Luc Guiol est maître de ce jeu, il ballade son auditoire comme il l’entend, le surprenant à chaque réplique, passant sans transition de l’absurdité de la routine familiale quotidienne à des questionnements métaphysiques sur le sens de la vie. Férocement drôle et tendrement vrai, il fait et défait le cosmos entier dans le plus petit théâtre de la capitale. Un personnage loufoque et attachant à qui l’on promet une belle trajectoire cosmique ». 

Audrey Jean, théâtres.com

« I am the Cosmos fait partie de ces bijoux d’Objet Théâtral Non Identifié, improbable, surprenant, riche et réjouissant ! Luc Guiol, grand comédien au sens propre comme au figuré, nous embarque en toute intimité dans un voyage cosmique. A travers une écriture intelligente et vive qui flirte parfois avec l’absurde (...) il est tout à la fois juste, profond, léger et drôle.(...) Un voyage à faire absolument pour découvrir une proposition comique décalée et sensible qui nous interroge sur nous-mêmes, sur le sens de nos vies, le végétarisme et la mort. I am the Cosmos offre une bouffée d’oxygène artistique et humaine. » 

Sabine Napierala, La Jaseuse

Texte, jeu et mise en scène : Luc Guiol

 

Collaboration artistique :

Virginie Berthier

Joe Cave

Fernanda Farah

Pietro Marullo

Grégory Ragot

 

Crédits photos et conception graphique :

Lou Camino

Production :

La Cie de la Lionne

Co-production :

Le Bouc sur le Toit 

 

 

 

Durée :  65 minutes

 

Isabelle Sabatier,
Chargée de diffusion

06 31 72 84 23 / 

booking.lalionne@gmail.com

 

                             I AM THE COSMOS,

 

situé au carrefour du stand-up, du clown et de l’interrogation philosophique, emprunte la forme d’une pseudo conférence « qui changera votre vie »... mais dont la thèse fuit sans cesse son auteur. 
Maintenant constamment le public dans l’expectative - ceci paraît improvisé, cela semble préparé mais ne pas marcher comme prévu, rien ne va de soi - « Luc Guiol » essaie. 
Entre aveu d’impuissance et grandiloquence assumée, pris dans un tourbillon de chutes - du corps, du cœur, de la pensée - il ne reculera devant rien pour faire aboutir obstinément sa démonstration.

Même parler anglais.


« Dans mes expériences immédiates, tout concourt à ma croyance profonde que je suis le centre de l’univers, l’être vivant le plus réel, le plus vif, le plus important. (…) Réfléchissez–y : vous n’avez jamais vécu une expérience dont vous n’étiez pas le centre parfait. »  David Foster Wallace

 

 

Voici les données du problème.
Je m’appelle Luc. Mes amis m’appellent affectueusement « Luc » J’ai 35 ans. (37, pour être précis)
Taille : 186 cm (sur 193 attendus) 
Statistiquement il me reste encore environ 40 ans à vivre.


                                                     0_o      ?

Luc Guiol :

Après de nombreuses pérégrinations familiales l’ayant conduit en Angleterre, au Maroc et au Canada, Luc Guiol  entame sa formation d’acteur à Montréal, qu’il poursuivra ensuite à Paris, Londres et Berlin. Parallèlement, il mène des études de philosophie à La Sorbonne, avec un intérêt particulier pour la philosophie des sciences. 
Co-fondateur avec Virginie Berthier de la compagnie de théâtre contemporain Le Bouc sur le Toit (L’Apathie pour débutants, Henry 5 - Here and there o’er times, Sei...), il intègre aussi la compagnie de danse Constanza Macras | Dorky Park à l’occasion de la création de The Past à la Schaubühne Berlin. 
Il croise également la route de Joël Pommerat (ateliers de recherche du Théâtre National de Bruxelles) ou encore de Thomas Ostermeier (Biennale Teatro Venezia). Il s’associe récemment au jeune metteur en scène bruxellois Pietro Marullo pour les projets WRECK et Hansel & Gretel, ainsi qu’à Gregory Ragot pour Peepshow dans les Alpes au sein de la compagnie de la Lionne.
A l’écran, il a tourné entre autres sous la direction d’Alain Guiraudie, de Virginie Berthier et de Frank Rehder. 

EXTRAIT :

 


« Tout ce que je veux c’est être heureux, c’est ce que je veux dire. Et s’il faut souffrir un peu pour ça, pour retrouver de la vitalité... pourquoi pas ?

En même temps... J’ai lu une étude – oui j’aime beaucoup l’idée de la science – qui a comparé le niveau de bonheur ressenti entre un groupe de gagnants au Loto et un groupe d’accidentés de la route devenus paraplégiques ; qui a comparé, donc, leur niveau de bonheur ressenti quelques mois après l’événement : l’accident ou le gain.

Et étonnement, après quelques mois, ils avaient tous, plus ou moins, retrouvé le même niveau de bonheur ressenti qu’avant. 
Moralité ? 
On est pas plus heureux quand on est paraplégique. »

     DOSSIER DE DIFFUSION

    en cliquant sur l'affiche

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus

La Compagnie de la Lionne est soutenue par la Ville de Sens et par le TMS - Théâtre Municipal de la Ville de Sens 

© 2015 - LA COMPAGNIE DE LA LIONNE - Association loi 1901 Siègle social: 39 Quai de l'Yonne 89100 SENS  

Numéro de SIRET: 810 940 858 00014 Licence : DOS20156270 Tous droits réservés